Sponsored Links.

Copie de Sponsored Links

Sponsored Links


Designed by:
SiteGround web hosting Joomla Templates
Epuration ethnique au Katanga de Nguz et Kyungu PDF Imprimer E-mail
Écrit par Etienne Ngandu   
Dimanche, 28 Août 2011 18:07

Dim lights Embed Embed this video on your site

Au cours du mois de juin de cette année, la FIDH et ses organisations membres avaient publié un communiqué dénonçant les propos xénophobes et d’incitations  à la haine tenus par Gabriel Kyungu Wa Kumwanza,  Président de l’Assemblée provinciale du Katanga, contre les ressortissants non originaires de la province du Katanga, visant particulièrement les Kasaïens. Il est à noter que Gabriel Kyungu n’est pas à son premier coup d’essais en la matière, déjà  au crépuscule du régime Mobutu dans les années quatre vingt dix, il a été le maitre d’œuvre de la grande épuration ethnique contre les Kasaïens.

 

 

Il est paru certains livres consacrés à cette période trouble du Congo, il s’agit notamment de Epurations ethniques en RDCongo (1991 – 1995 : la question Luba-Kasaï) de Emmanuel Kabongo Malu. Il y pose la question de savoir ce qui s’était passé au Katanga, de septembre 1991 à septembre 1995 ? La réponse à cette question se trouve dans les termes employés pour décrire les actes commis dans cette province du Sud-Est du Congo, pendant cette période, à savoir : « L’épuration ethnique ». Et d’ajouter « Sans nul doute, ce qui s’est passé au Katanga, cinq ans durant, est une véritable épuration ethnique visant le peuple Luba du Kasaï, avec intentions malveillantes de confinement territorial ».

RICH NGAPI  du journal le Potentiel qui en a fait une recension écrit que dans sa narration l’auteur part des faits vécus. Et, les faits, il en existe sur ce qu’il qualifie de « la nuit de longs couteaux ». C’est la chronique d’une épuration longuement préparée, selon les termes de Kibassa Maliba, président de l’UDPS à l’époque, dans son message aux refoulés Kasaïens en date du 28 septembre 1994, date considérée comme journée commémorative du départ forcé des Kasaïens du Katanga. Pour Kibassa, « l’épuration ethnique a été l’œuvre du dictateur Mobutu ainsi que de deux hommes de main, tous sanguinaires, originaires du Katanga ».

 

C’est en effet, au mois de septembre 1991, parallèlement aux pillages généralisés du 21, 22, 23, que, selon l’auteur, le sieur Kyungu entreprit ses exactions meurtrières sur les Kasaïens à Luena, suivi de Bukama, Fungurume… « Ces premiers gages de leader séparatiste katangais à son allié Mobutu lui vaudront la nomination au poste de gouverneur du Katanga avec des pouvoirs exceptionnels en novembre 1991 », écrit-il.

 

Mais, l’épuration jusque-là rampante, prend de l’ampleur avec l’élection d’Etienne Tshisekedi au poste de Premier ministre par la Conférence nationale souveraine (CNS) dans la nuit du 14 au 15 août 1992. « La grande épuration avait pour but de créer suffisamment de désordre pour empêcher Etienne Tshisekedi, revenu au pouvoir par le vote majoritaire à la CNS, de gérer le pays et surtout le Katanga ». Ainsi, l’épuration ethnique fut-elle annoncée par Jean de Dieu Nguz a Karl-I-Bond, lui-même, le Premier ministre déchu par la CNS.

 

Cette vidéo d’une dizaine de minutes reprend différents reportages des médias occidentaux et quelques images amateurs filmés par des particuliers. Elle est le témoignage de la mémoire de toutes les victimes de cette barbarie qui demandent à ne pas être oubliées.

Nos remerciements à Mulumba Dilo qui nous a confié cette vidéo.

LAST_UPDATED2